Association Internationale pour la Sauvegarde de Tyr | Fondation Tyr
Les Ports de Tyr menacés

Les Phéniciens prenant en considération les vents maritimes avaient coutume de construire dans les villes du littoral deux ports, un Nord et un Sud.

Tyr, la mère de Carthage, dont les navires parcouraient jadis toutes les mers, possédait des ports proportionnés à son immense commerce : un port Nord connu sous le nom de "Port Sidonien" et un port Sud, le plus grand du monde antique, connu sous le nom de "Port Egyptien", étant donné les relations commerciales importantes entre la Phénicie et l'Egypte.

Le port commercial actuel de Tyr est construit sur l'ancien port Sidonien. D'après les manuscrits, il était plus large que le port actuel et c'était probablement l'entrée principale de la ville par la mer.

En ce qui concerne le port Egyptien, entre 1934 et 1936, le Révèrent Père Antoine Poidebard, capitaine observateur de réserve au 39e régiment de l’armée de l’air française, fit des relevés aériens et sous-marins et rédigeât un livre sur ses travaux : "Tyr, un grand port disparu", Geuthner, 1939. D'après les résultats de ses recherches effectuées avec l'Emir Maurice Chehab, ce port s'étendait d'une des pointes de Tyr jusqu'à Tell Rachidieh 7 km plus loin.

Tous les rapports des différentes missions effectuées à Tyr recommandent que les fouilles subaquatiques reprennent.

Rappelons que l'abordage de Tyr était très dangereux à l'époque antique à cause de l'affleurement des rochers sous la surface de l'eau et de la direction des vents. Des navires entiers avec leurs charges ont coulé près du rivage ou des môles des ports antiques. Aujourd'hui, de nombreux plongeurs remontent, régulièrement, des amphores, des statuettes et d'autres objets provenant des épaves de ces navires qui dorment sous l'eau en attendant d'être révélées au monde.                                

L'Emir Chéhab qui a découvert que certaines parties internes de ce port sont recouvertes de sable et de glaise depuis le Moyen-âge considérait que « Si ces ports sont mis au jour, Tyr peut redevenir l'un des sites archéologiques le plus important du monde ce qui inciterait d'autres nations à participer à la mise en valeur de ce patrimoine de l'humanité ».  Aujourd'hui, il existe encore sous l'eau, de nombreux vestiges de ce port qui était en partie taillé dans le roc et dont la jetée dépassait le kilomètre.

 

Les Ports de Tyr menacés

Roches géantes à la base du mur ouest du port de Tyr