Association Internationale pour la Sauvegarde de Tyr | Fondation Tyr
Le Comité du patrimoine mondial

Depuis plus de 35 ans, le travail inlassable entrepris par l’AIST, a permis d'enregistrer bien des acquis et comme, Monsieur Maurice Schumann, le regretté Président de l’AIST, l’a si souvent exprimé avec force : "Nous n'avons jamais songé à une renonciation qui eût été ressentie par nous-mêmes comme la radiation du nom de Tyr du grand livre du patrimoine universel ".

L’aboutissement des années d'efforts déployés par l’AIST est, sans nul doute, la décision 121 EX/13 par le Conseil Exécutif de l'UNESCO lors de sa 121ème session de lancer, à l’instar de Carthage ou d’Abou Simbel, une Campagne Internationale en faveur de Tyr et de ses environs. La situation qui prévalait au Liban n’a permis le lancement officiel de cette Campagne que le 3 mars 1998. L’importance du site, les projets envisagés, le potentiel touristique générateur de progrès socio-économiques font de ce vaste programme de réhabilitation et de développement une priorité pour la région du Sud-Liban.

Tyr a subi, au cours des longues années de guerre, des dommages irrémédiables. L’établissement d’une carte archéologique, indiquant d’une manière fondamentale les zones à protéger et délimitant définitivement et précisément le périmètre archéologique de Tyr et sa région est primordial. Cette carte devra être réalisée, en priorité, pour éviter d’ouvrir à l’urbanisation des terrains recelant des vestiges archéologiques.

Dès 1991, l’Association a proposé à l’UNESCO des projets d’actions qui pourraient s’inscrire dans le programme de la Campagne :

• L’établissement d'une carte archéologique

• La création d'un Institut d'Histoire et d'Archéologie

• La création d'un Centre pour le Développement de l'Artisanat

Les différentes campagnes menées à terme par l'UNESCO ont, d'ores et déjà, démontré ce que peut accomplir une coopération internationale pour protéger les œuvres culturelles de l'Humanité. A Tyr, la permanence du passé permettra d'espérer un développement urbanistique, social et culturel harmonieux. Tyr, ville ouverte sur la mer, creuset des civilisations, incarne certes l’héritage d’un riche passé mais elle devrait être surtout une source d’inspiration pour l’avenir. Le legs historique, culturel, archéologique de Tyr constitue un élément fondamental du patrimoine culturel mondial. En œuvrant pour préserver cet héritage commun, nous apprenons ce qui nous unit au-delà de ce qui nous oppose. Il est urgent d’agir et de relever le défi que représente la renaissance de cette Cité millénaire.

Le Comité du patrimoine mondial